24/08/2015

En vrac //

Pour celleux qui auraient raté la nouvelle sur les autres réseaux, deux publications se préparent... J'en dirai plus au fur et à mesure car j'aime bien les surprises.









Au cours du mois de juillet j'ai également mis mon site à jour avec plusieurs projets, notamment des projets d'affiches. L'un fictif, pour la Ferme aux Crocodiles :





 ... Et l'autre issu d'une commande de l'association Les Vendredis Intellos.




(cliquez sur les images pour en voir plus !)






A part ça, on a toujours besoin de vous pour le numéro 2 de JILL TRENT, SCIENCE SLEUTH ! J'en parlais déjà dans mon article précédent ; c'est un projet de comics pour lequel je dessine huit pages, et ayant pour héroïne une scientifique super forte. Elle est toujours accompagnée dans ses aventures par sa partenaire Daisy, et selon les histoires leur relation est plus ou moins amoureuse héhé.









15/08/2015

Superbilan culturel & Superdames

Comme au mois de mai et au mois de juin, je continue à prendre exemple sur Solange te parle et à me donner comme objectif de, chaque mois, regarder au moins 4 films et lire au moins 3 livres. Voici donc mon bilan, agrémenté de petites remarques appréciatives (à ne pas lire si vous voulez éviter les spoilers).


(featuring mes nouveaux cheveux courts !)




♥♥♥♥♥ Mon Voisin Totoro
Je n'avais pas revu ce classique depuis pas mal d'années, et j'avais oublié à quel point c'est MIGNON ! J'ai passé mon temps à pousser des "aw..." attendris et à m'extasier devant la beauté de l'univers et des rapports entre les personnages. Ce n'est pas le Miyazaki le plus fou, mais c'est une très jolie oeuvre positive.



♥♥♥♥♥ Hot Girls Wanted
Netflix précise que la réalisatrice est Rashida Jones, je ne sais pas pourquoi son nom n'apparaît pas sur Allociné ou Wikipedia ?
Bref, il s'agit d'un documentaire sur une certaine branche du porno américain, qui se veut "amateur" et qui recrute sur internet de très jeunes femmes (de 18 à 25 ans) avides d'expériences nouvelles, de gloire, de vie festive et d'argent facile. On suit un petit groupe de nanas assez différentes, dont une en particulier. On les voit se faire accueillir et commenter par des hommes repoussants, obtenir leurs premiers contrats, ou au contraire ne plus en trouver et être obligées d'accepter des tournages plus "hard", traîner et ne rien faire en attendant d'être contactées, choper des maladies, parler de leur vie sexuelle (une n'aime pas le sexe, et ne fait jamais l'amour à part devant une caméra...), évoquer le dégoût ressenti lors de certaines scènes, réfléchir sur l'image dégradante de la femme qu'elles sont obligées de véhiculer, annoncer leur profession à leurs proches, dire qu'elles adorent ce métier, puis qu'elles le détestent... La plupart ne perce pas, et revient à une vie "normale" après quelques mois de petits tournages ; et l'industrie se régale de cette chair fraîche incessamment renouvelée. C'est à la fois super intéressant, et effroyable.

Un peu secouée, j'ai décidé de regarder juste après :




♥♥♥♥♥ À quoi rêvent les jeunes filles ?
Ce documentaire a pas mal fait parler de lui il y a peu car ce n'est pas souvent qu'un reportage féministe arrive à se faire diffuser par France 2 ! Je n'y ai personnellement rien appris : je connaissais déjà Ovidie pour avoir lu certains de ses articles, Ortie pour l'avoir suivie avec attention sur les réseaux sociaux avant qu'elle n'en disparaisse (j'avais même répondu à un de ses appels à participation pour un projet) et Mar_Lard pour l'avoir vue en conférence ; et les sujets n'avaient rien de nouveau pour moi. Mais ce qui me paraît "basique" ne l'est pas forcément - au contraire - pour tout le monde ni pour le public de France 2, et je suis donc bien contente qu'un tel documentaire soit passé à la télé.
J'ai quand même quelques critiques à faire dessus, j'ai notamment été gênée par deux grosses facettes du documentaire. Déjà, il donne la parole aux femmes, certes, mais à une seule catégorie de femmes : blanches et issues de la même catégorie socio-professionnelle, proches d'un milieu culturel/artistique. C'est bien sûr impossible de représenter TOUTES les femmes en une heure, mais un peu de diversité aurait sans aucun doute considérablement enrichi le contenu. L'autre chose qui m'a gênée, c'est la critique pas subtile du tout des "nouvelles technologies". Evidemment, internet n'a pas miraculeusement fait disparaître les injustices sociales, et on retrouve dessus les défauts de la société IRL, parfois sous de nouvelles formes. Mais de là à véhiculer le type de choses qu'on entend en réunion de famille ("ah là là ces jeunes toujours sur leurs portables à se prendre en photos, y a plus de lien social" etc etc)... c'est manquer cruellement de finesse d'analyse je trouve ! Par exemple, concernant les selfies : certes, cette tendance pousse à se conformer aux normes sociales et aux injonctions faites aux femmes sur leur physique pour récolter le plus grand nombre de likes. MAIS on ne peut pas nier qu'elle permet aussi à plein de nanas de mettre en valeur leur beauté même si ce n'est pas celle qu'on voit dans les magazines, et de revendiquer de "nouveaux" codes d'appréciation du corps féminin. C'est ainsi que, grâce à instagram par exemple, on voit de plus en plus de femmes assumer des caractéristiques que jusqu'ici elles détestaient voir dans le miroir : couleur de peau, type de cheveux, taille de vêtements, poils sous les bras... J'ai trouvé dommage que le docu ne prenne pas cinq petites minutes pour nuancer son propos là-dessus. À part ça, il aborde des tas de sujets pertinents sur le corps et la sexualité féminines dont il est important de prendre conscience si ce n'est pas déjà fait, c'est donc un film que je conseille.




♥♥♥♥♥ Sous les bulles
Un troisième documentaire, cette fois sur les coulisses de la chaîne de confection des bandes dessinées. Là aussi, je n'y ai pas appris grand-chose, et je n'ai pas trop aimé la réalisation, que je n'ai pas trouvé assez punchy du tout (surtout comparé à celle des deux autres docus). Mais je salue l'effort qui a été fait de dénoncer les conditions de travail et de rémunération des auteurs/autrices bédé.




♥♥♥♥♥ La Princesse et la Grenouille
J'ai regardé les 20 premières minutes en continu, puis le reste en accéléré tellement j'ai trouvé ça nul. J'ai été complètement stupéfaite par la mauvaise qualité de l'animation et par le manque de créativité général du film, et terriblement déçue que le premier long-métrage Disney mettant en scène une héroïne noire soit aussi bâclé et cheap. De plus, cette fameuse première princesse noire est représentée en grenouille pendant plus de la moitié du film... PEUT MIEUX FAIRE.




♥♥♥♥♥ Mulan
Mulan aussi, je ne l'avais pas revu depuis de nombreuses années. L'héroïne est super, fraîche, courageuse et drôle (bien que je ne sois pas fan de certaines scènes qui la tournent plus en ridicule qu'autre chose), et le film en général offre des scènes épiques magnifiques, rares dans les Disney - par exemple la scène d'ouverture est WOW !
Evidemment, certains éléments m'ont quand même un peu chiffonnée. Déjà, Mulan est souvent vantée comme une héroïne hyper badass et indépendante ; alors certes elle se bat (super bien), mais elle fait tout pour son père, puis pour le mec dont elle tombe amoureuse. Et quand elle revient dans sa famille, alors qu'elle a fait la guerre et failli mourir, elle n'a d'intérêt que pour son père, et sa mère et sa grand-mère observent la scène de loin...
Ensuite, j'ai regardé le film en version originale, et Mushu y est doublé par... Eddie Murphy. Sans doute parce que, je sais pas, les Noirs c'est rigolo ? Mais ça choque un peu dans un film censé se dérouler dans la Chine du Ve siècle. Le casting en général n'est pas 100% composé par des doubleur/se/s d'origine chinoise et je trouve ça dommage. En français, n'en parlons pas : je crois que le casting est 100% blanc.
Enfin, le film dénonce à plusieurs reprises le sort réservé aux femmes dans la société représentée, ce qui est à la fois bien (car rare dans les Disney) et facile - car c'est toujours plus facile de pointer les défauts des autres, et notamment de dénoncer le sexisme dans des contrées dites "exotiques", plutôt que de remettre en question sa culture et sa société à soi.




♥♥♥♥ Le Monde de Mafalda
Je n'ai pas réussi à m'intéresser à cette BD, ni à la finir, sans doute parce que c'est une compilation de strips, ou que c'est issu d'un autre contexte (l'Argentine des années 70), ou que c'est traduit, ou tout ça à la fois. Toutefois j'ai beaucoup aimé les dessins.




♥♥♥♥ Fennec
Une autre BD que j'ai choisie pour ses jolis dessins à l'aquarelle ; mais là aussi, impossible de m'intéresser au contenu : l'histoire m'a paru fade et les blagues bas de gamme. J'ai même sauté des pages pour arriver à la fin, chose que je fais jamais d'habitude.




♥♥♥♥♥ Élektra
Encore une BD que j'ai empruntée pour son graphisme. J'y ai vu de très belles choses, des pages superbes et très audacieuses, des cases faites de peinture et de collage, très inspirantes ; mais j'ai trouvé ça trop difficile à lire. Donc bon j'ai surtout regardé les images, j'avoue.




♥♥♥♥♥ La Vie Nocturne des Arbres
Voici un très beau livre d'art imprimé en série limitée, en sérigraphie, qui rassemble les croyances de la tribu indienne Gond et les illustrations - très inspirantes - de trois artistes issu·e·s de cette tribu.  J'en avais posté quelques zooms sur instagram :







Mon seul regret, c'est que le livre détaille très peu les croyances et les mythes de la tribu - sans doute parce que c'est un album qui a été édité par Actes Sud Junior et qui est à la base destiné aux enfants.



♥♥♥♥♥ Orange is the New Black, saison 3
Ça fait plaisir de retrouver les personnages, mais on est TELLEMENT loin de la force et de l'émotion de la saison 1 ! J'étais sortie de la saison 1 complètement bouleversée : j'avais pris pleinement conscience de l'horreur du milieu carcéral, de la misère sociale qui conduit les gens en prison et qui les empêche d'en sortir, de l'urgence qu'il y a à s'occuper du système judiciaire mondial... Et j'étais amoureuse de Poussey. La saison 3 fait de la prison une sorte de colonie de vacances où on est pas si mal finalement. On s'éloigne de Piper pour s'intéresser à d'autres personnages, mais ce n'est pas forcément intéressant (tout le truc autour de Norma, au secours ! Quel ennui ! Et on y passe du temps pourtant !) ; et j'ai trouvé que le jeu d'actrice chutait en qualité. J'aime toujours Poussey, mais ses scènes ne sont plus aussi captivantes. Bref, initialement comédie dramatique, OITNB se dirige vers la comédie pure et dure - et ça ne m'intéresse pas trop. L'idée de voir la série durer des années simplement parce qu'elle a du succès, et devenir une sorte de Friends en prison, me fend un peu le cœur.




♥♥♥♥ Sense8, 7 premiers épisodes de la saison 1
Je comprends l'engouement autour de cette série pour la diversité de ses personnages ; mais cette diversité ne les empêche pas de véhiculer des clichés hallucinants à tour de bras, via des raccourcis racistes notamment. Et puis les acteurs/trices jouent comme des pieds, la résolution des intrigues est hyper décevante et pas inspirée, et... c'est kitsch. Je mets un petit cœur pour le personnage de Lito car je l'aime bien quand même.



♥♥♥♥♥ Life in Progress
J'y connais rien en danse, et c'est peut-être le premier spectacle que je vois de ma vie. Il y a eu plusieurs "scènes" et la première est restée de loin ma préférée : c'était très imagé et ça évoquait plein de choses, il n'y avait presque rien sur la scène et pourtant tout un décor et toute une histoire étaient palpables. Le reste m'a moins touchée.




♥♥♥♥♥ CHRD (expo permanente)
J'ai été déçue par la nouvelle scénographie, que j'ai trouvée pédagogiquement décevante ; en fait j'essayais d'imaginer ce que ça donnerait d'y emmener une classe de collégiens, et je trouve que l'expo ne s'adresse qu'aux personnes ayant déjà été sensibilisées à cette période historique. Je pense qu'il était possible pour l'expo d'être plus immersive et plus interactive tout en restant décente.
La collection est riche, et bien sûr bouleversante. Un petit bémol quand même, soulevé avec pertinence par Grou : il ne nous semble pas avoir vu quoi que ce soit de développé sur la collaboration, qu'il serait temps d'aborder pourtant... car certes on a eu des résistants, et c'est la fierté nationale, mais on a aussi eu de sacrés collabos.



♥♥♥♥♥ Iggy Pop
Un concert bien rigolo, bien qu'un peu violent, durant lequel j'ai à peu près découvert Iggy Pop, que je connaissais très peu en fait.




♥♥♥♥Superbrothers : Sword & Sworcery EP
Voilà un super point-and-click dans lequel j'ai d'abord eu un peu de mal à rentrer, mais qui n'a ensuite pas cessé de me ravir ! On incarne une héroïne guerrière, dont on apprend qu'elle n'est une femme qu'au bout d'un certain moment (la surprise est donc géniale) ; on évolue dans des tableaux en pixel art splendides ; on résout des énigmes, certes plutôt faciles, mais d'une poésie époustouflante ; et puis c'est drôle aussi. Et la musique est sublime.













À part ça, j'avais déjà évoqué ici mon projet de comics avec Superdames, et j'en poste régulièrement des images sur instagram. Maintenant que le projet a été lancé sur Kickstarter, je peux vous en parler un peu plus !






Jill Trent, Science Sleuth #2, c'est un projet de comics et de women empowerment qui reprend le personnage de Jill Trent, créé dans les années 40 et tombé dans le domaine public. Un premier numéro a déjà été financé via Kickstarter l'année dernière, et je participe au second numéro avec une BD de huit pages scénarisée par le créateur du super blog superdames.tumblr.com, D.M. Higgins.












Je réalise aussi la couverture et quelques Kickstarter rewards, comme cette illu à recevoir en print... ou en original !




VOILÀ , n'hésitez pas à nous soutenir sur Kickstarter et/ou à en parler autour de vous !

__________

27/07/2015

Voile & féminisme


Petits dessins en passant, imaginés avec Grou. Je pense que ça se passe de commentaire, mais si jamais, je suis ouverte à la discussion !




Version 1




Version 2





11/07/2015

Le bilan culturel de juin

Au mois de mai, j'avais pris exemple sur la youtubeuse Solange Te Parle pour essayer d'être plus régulière dans mon visionnage de films et ma lecture de livres, voir ici. J'ai continué au mois de juin, et voici mon bilan !





♥♥♥♥Jurassic Park
La bande-annonce de Jurassic World et certains retours que j'en ai eu ne m'ont pas du tout donné envie de le voir ; par contre c'était l'occasion de se replonger dans les premiers films ! (dont je me souvenais d'ailleurs pas beaucoup)
Dans ce premier opus, j'ai été assez surprise de vibrer autant avec les personnages : j'ai d'abord été émue aux larmes de voir des vrais dinosaures vivants marcher dans la plaine et manger des vraies feuilles, puis les raptors m'ont fichu la peur de ma vie. J'ai trouvé les dinosaures super beaux, les enjeux scientifiques et éthiques du parc finement questionnés, et j'ai beaucoup aimé le look transpirant et sale des personnages, assez éloigné que ce qu'on voit aujourd'hui sur nos écrans HD (ça fait un peu réac de dire ça, mais les peaux crasseuses aux pores dilatés me manquent dans le cinéma mainstream). Les plans sur Jeff Goldblum blessé et allongé, la chemise lascivement ouverte sur son torse moite m'ont particulièrement marquée - c'est rare que ce ne soit pas le personnage féminin qui soit sexualisé dans un film d'aventure :->




♥♥♥♥♥ Jurassic Park 2
Toujours cool, mais moins fort en émotions que le premier, avec des dialogues que j'ai trouvés moins percutants. J'en garde en fait une impression de fouillis, j'ai du mal à me souvenir de ce qui s'y passait dans l'ordre ; mais je me suis bien amusée en le regardant.



♥♥♥♥Vice-Versa
Le nouveau Pixar :   t r o p   b i e n   ! Riche et intelligent, il m'a presque convaincue que ça se passait comme ça dans ma tête. J'ai beaucoup aimé le character design, à la fois d'inspiration années 50 et avec des effets de motifs/matières super intéressants. Et puis il y a plusieurs héroïnes, c'est quand même pas fréquent chez Pixar... Le seul gros truc qui me chiffonne, c'est que je doute que le film soit compréhensible pour les enfants.







C'est un peu difficile d'émettre un jugement alors que j'en suis qu'à la moitié. J'en parlerai donc le mois prochain !



♥♥♥♥♥ Papier 3
Rigolo, cette espèce de fanzine de gens connus vendu en librairie, mais pas fifou.
La BD que j'ai préférée c'est celle de Zviane.



♥♥♥♥♥ Adieu Brindavoine, suivi de La fleur au fusil
Si j'ai bien compris, c'est le premier album de Tardi ! J'ai eu beaucoup de plaisir à le lire. Ce n'est pas très original mais j'aime beaucoup son travail, quand je lis ses BDs aux péripéties loufoques et vois ses dessins au trait souple, j'ai l'impression que la bande dessinée c'est facile - c'est assez inspirant. Je ne me suis pas encore réellement plongée dans ses albums sur la première Guerre Mondiale mais c'est prévu.




♥♥♥♥ Le Jardin des Imprimeurs au Musée de l'Imprimerie
Tout comme la dernière expo temporaire du musée : quelle déception ! J'ai encore une fois trouvé la scénographie fade et ennuyeuse, et les collections (pourtant exceptionnelles) pas du tout mises en valeur. J'en suis sortie sans avoir rien retenu et sans aucune étoile dans les yeux.




♥♥♥♥Muséum d'Histoire naturelle de Toulouse
Toute la première partie du musée, qui s'étale sur le rez-de-chaussée, est absolument brillante ! Magnifique, inventive, interactive et ultra-fluide : incroyable ! L'étage est plus "sage" et c'est dommage, car avec la fatigue l'attention baisse, et la scénographie des différentes salles ne fait rien pour y remédier. La dernière salle m'a particulièrement déçue : immense, elle est remplie d'objets de peuples du monde entier hors occident, classés par usage et non par pays, ethnie ou époque. Ça donne un mélange des cultures que j'ai trouvé non seulement indigeste et incompréhensible, mais aussi assez insultant vis-à-vis desdites cultures - comme si une pirogue native américaine, un masque congolais et une tenue de chasse inuite, ça revenait au même : c'était exotique. De plus, presque aucune pièce n'était datée, le comble pour un musée.
L'expo permanente se terminait sur une expo temporaire, Girafawaland, dont j'ose à peine parler tellement c'était révoltant de nullité - je crois que je préfère oublier que je l'ai vue.




♥♥♥♥♥ Spielberg et les musiques de John Williams
N'ayant pas du tout l'habitude de ce genre de concert, j'ai simplement été enchantée de voir un orchestre donner corps aux musiques de John Williams, même si toutes ne venaient pas de films que je connaissais et/ou appréciais. Des extraits des films étaient projetés en même temps sur un écran, et le petit défaut c'était euh... d'y montrer les fins des films.




♥♥♥♥♥ Lyon BD Festival
J'y suis restée 10 minutes et je suis repartie : trop de monde et puis, à part se faire dédicacer des livres, pas grand-chose à faire ! Les événements autour du festival (rencontres d'auteurs/trices, expos, ateliers...) sont bien plus intéressants.










Quelques nouveautés dans mes diverses boutiques en ligne : j'ai récemment fait une petite update sur ma boutique Etsy, avec de nouvelles broches (dont certaines sont déjà parties !!), et il y a aussi de nouveaux dessins/objets disponibles sur Redbubble.