02/05/2015

Un carnet de croquis par mois





Au Parc de la Tête d'Or (encore)





Vestige de l'hiver






Croquis du soir





D'après photos







J'ai acheté le plus beau carnet du monde et j'essaie de lui faire honneur.





Black Women







D'après des motifs datant des XVIIème, XVIIIème et XIXème siècles.



Je suis allée pendant mes vacances en mars, passer une journée au Fonds ancien de la bibliothèque de la Part-Dieu consulter des très gros livres rares, ayant tous pour thème les techniques de la couvrure des livres en France, Allemagne et Italie aux XVIIème, XVIIIème et XIXème siècles.

J'en profite pour ouvrir une petite parenthèse historique :-D


En gros, à cette époque, il y avait deux grandes techniques pour décorer le papier :

- la marbrure, technique consistant à faire flotter de l'encre sur de l'eau ;


(Tulipes de Mustafa Duzgunmann)


- et la dominoterie, qui rassemble les papiers à la colle (on mélange des pigments à de la colle d'amidon, on étale sur le papier et on réalise grâce à différents outils des effets et des motifs - quelques exemples sur cette page),



 les papiers dominotés (on grave des motifs sur du bois et on imprime) (c'est très très beau, et très diversifié),


          


et les papiers dorés-gaufrés (on découpe des motifs dans du cuivre et on imprime - il y a parfois un relief, c'est le fameux gaufrage).



On réimprimait parfois des motifs par-dessus d'autres, pour ne pas gâcher.


(j'ai fait les photos avec mon téléphone, c'est pour ça qu'elles sont nulles)


Ces papiers servaient alors à décorer livres, brochures, almanachs, à garnir boîtes et tiroirs. Modestes, ils permettaient notamment d'habiller convenablement ses bouquins, quand on n'avait pas les moyens de se payer une couverture en cuir. Les livres ont commencé à porter leur titre sur la première de couverture (et non plus seulement sur leur dos) au XIXème siècle seulement.

Certains graveurs et dominotiers ont produit des choses magnifiques ; mais l'intérêt artistique de ces papiers populaires n'effleurait personne à l'époque, et non seulement la plupart de leurs créateurs sont restés anonymes, mais en plus beaucoup de ces ouvrages ont aujourd'hui disparu (la fragilité du matériau n'y étant pas pour rien).

Les livres que j'ai consultés :
De la dominoterie à la marbrure de Marie-Ange Doisy
Carte decorate nella legatoria del '700 de Piccarda Quilici
Papiers dorés d'Allemagne au siècle des Lumières de Christiane F.Kopylov
Dominotés italiens de Marc Kopylov
Papiers dominotés d'André Jammes

J'avais aussi assisté à une présentation de Lore Derail, et pu voir de mes propres yeux et renifler de mon propre nez des livres vieux de plusieurs siècles (olala ça m'émoustille)

Voilà voilà !




__________

4 commentaires:

  1. ohh très intéressant

    RépondreSupprimer
  2. Un carnet par mois ? Oulala, y'aura plein de belles choses à voir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oulà, ça je peux pas prévoir... Tout n'est pas bon à montrer dans un carnet :-D Là déjà c'est un melting pot de ces derniers mois.

      Supprimer
  3. Article super interessant, tout comme toi, je suis un amoureux des livres, j'aime bien toucher, feuilleter et sentir l'odeur des livres.

    Tu as un rapport quasi erotique avec ces vieux bouquins qui me fait penser à un anime que j'ai vu il y a quelques années : Read Or Die, où l'héroine est totalement barge dans son rapport avec les livres, mais tellement kawaii ! ^^

    http://www.dailymotion.com/video/x3evo3_read-or-die-oav-01-partie-1-3_news

    Je viens de revoir des bouts de l'anime, j'ai quasiment tout oublié, mais The Paper, nom de code de l'héroine, est totalement craquante ! ^^
    La présentation du personnage est magnifique mais ça commence vraiment à 7 mn, apres c'est le délire total, mais les japonais sont vraiment trop forts !!! ^^

    http://www.dailymotion.com/video/x3evqh_read-or-die-oav-01-partie-2-3_news
    http://www.dailymotion.com/video/x3evs2_read-or-die-oav-01-partie-3-3_news

    Enjoy !

    RépondreSupprimer

Bzzzz !